Table solaire : Bilan de la première année !

Dans quelques jours, notre table solaire fabriquée l’année dernière fêtera son premier anniversaire 🎉 ! Cela semble donc le moment opportun pour réaliser un premier bilan sur son utilisation et sa production solaire. Durant les dernières années, nous avons beaucoup entendu parler de solaire de “balcon”, mais il faut savoir que celui-ci peut prendre plusieurs formes différentes, alors pourquoi pas sous la forme d’une table… Vous ne savez pas de quoi je parle ? Ce n’est pas grave, nous allons rapidement faire un petit résumé… C’est parti !

Une table solaire tu dis ?

En effet, une table solaire ! L’année dernière, je vous avais présenté dans les premiers articles de MesGeekeries comment l’hiver dernier j’avais modernisé une table d’extérieur. Notre ancienne table possédait un revêtement synthétique qui commençait à se fissurer après plus d’une 10e d’année passée dans notre jardin. Ma petite femme d’amour m’avait alors ordonné gentiment demandé de trouver une solution pour la réparer pour ne pas la remplacer entièrement.

C’est de là qu’était partie l’idée de supprimer le revêtement endommagé et de trouver le moyen de fixer un panneau solaire en guise de revêtement. Si vous êtes intéressé par le détail des travaux, je vous invite à lire l’article ci-dessous qui présente en détail toutes les étapes des travaux :

Production solaire de la première année

Pour commencer, il est important de comprendre que la table n’est de loin pas orientée idéalement. À la base, nous désirions une table… Sa production solaire était une forme de bonus accessoire.

Le coin d’ombre de notre table solaire, normal.

L’ensoleillement est donc limité à quelques heures par jour aux meilleurs moments de l’année. Mais cela ne nous a pas empêchés de produire quelques kilowatts pour autant !

Production totale

Pour la base de cet article, je vais utiliser les données mesurées directement par le micro-onduleur Enphase qui a été fixé sur la table directement. Je vous partage un peu plus bas une photo du compteur que j’avais directement intégré à la table à des fins comparatives.

Première année de production

La première année de production nous donne donc un total de 246 kWh. Pas trop mal pour un truc qui traine dans le jardin. Au tarif de l’électricité du jour, cela représente une économie potentielle d’environ CHF 80.- si on considère de la consommation directe et environ CHF 35.- à la valeur de rachat de mon fournisseur d’électrique (ça ne sent pas du tout le truc qui tourne à leur avantage…).

Le compteur intégré à la table annonce 245 kWh !

Mais bon, ce n’est pas le plus important : 246 kWh correspondent tout de même à une 15e de charge de notre petite voiture électrique et environ 24 charges de notre véhicule plug-in hybride. Et si je peux me fier aux statistiques de Solar Manager, cela correspond à environ 2.5 mois de consommation des équipements électroménagers de notre cuisine (plaque de cuisson, four, lave-vaisselle). Cela prend un sens différent d’un coup sans parler forcément d’argent, non ?

Détail de la production

PÉRIODEPIC DE PRODUCTIONPRODUCTIONTOTAL
01.03.2023
31.05.2023
1.46 kWh63.7 kWh63.7 kWh
01.06.2023
31.08.2023
1.5 kWh99.4 kWh163.1 kWh
01.09.2023
30.11.2023
1.2 kWh35.4 kWh198.5 kWh
01.12.2023
29.02.2024
1.16 kWh36.3 kWh234.8 kWh
01.03.2024
15.03.2024
1.34 kWh11.3 kWh246.1 kWh

Mars, Avril, Mai

Juin, Juillet, Août

Le pic de production le plus élevé est survenu au mois d’aout, 1.5 kWh. Nous pouvons le voir à la production totale de cette période, la table possède un ensoleillement idéal en été tout de même avec le soleil haut dans le ciel qui réduit l’ombrage.

Septembre, Octobre, Novembre

Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous, le mois de septembre a connu une interruption complète durant quelques jours. En effet, la table est raccordée par une prise électrique suisse standard au réseau de la maison et celle-ci était retirée pour Dieu sait quelle raison (les joies du jardin avec les enfants). Il m’a fallu quelques jours avant de m’en rendre compte. À mon avis, cela doit correspondre à ce jour-là :

Une petite fête dans le jardin…

Il est important de noter aussi que la météo a été très défavorable depuis la mi-octobre pour pratiquement toute la fin de l’automne puis une partie de l’hiver.

Décembre, Janvier, Février

Comme je viens de le dire pour la période précédente, la météo de l’hiver 2024 a été très défavorable depuis, et ce, dès l’automne 2023 déjà.

Mars

est-ce que c’est une bonne table ?

Alors la réponse est relativement simple, oui c’est une très bonne table. Au final, elle n’a rien de particulier et n’offre pas de gros désavantages comparativement à une table en verre ou en pierre. Dans notre cas, j’ai mis un tableau électrique au milieu de la table et celui-ci peut parfois gêner et les genoux peuvent heurter la boîte. Mais rien de bien grave jusqu’ici, la famille en profite à peu près normalement en gardant en tête qu’il s’agit tout de même d’un plateau en verre et qu’il ne faut pas y aller trop brusquement.

La grande question qui revient à peu près tout le temps et qui désormais me fait un peu sourire étant toujours :

Est-ce que ça chauffe beaucoup ? Vous ne devez pas pouvoir manger là-dessus !

Tous le monde entier

À mon avis, non, cela ne chauffe pas beaucoup comparativement à une autre table du même type. Je pense en particulier aux tables en pierre naturelle et en verre qui se trouveraient dans les mêmes conditions d’exposition au soleil. Ensuite, il ne faut pas oublier que s’il fait trop chaud nous sortons temporairement le parasol le temps du repas. Car dès le moment où nous posons de la vaisselle ou des services dessus le panneau solaire, celui-ci ne produit quasiment plus.

C’est purement subjectif et je n’ai pas sorti le thermomètre pour vérifier, mais clairement, cela ne m’a pas particulièrement dérangé jusqu’ici…

Même le chat des voisins apprécie boire un coup ici…

Et la suite alors ?

Toujours beaucoup d’idées et pas assez de temps dans ma petite vie pour concilier mes geekeries, la vie de famille et accessoirement pour financer tout ça… le boulot. Mais clairement, j’aimerais fabriquer une seconde table, mais sur un concept différent. Le but serait de trouver le moyen de faire quelque chose de plus petit et plus léger en utilisant du matériel facilement accessible (chez Hornbach typiquement). Il faudrait alors pouvoir trouver la bonne combinaison pour réaliser le minium d’opération pour que cela soit facilement accessible pour les moins bricoleurs tout en gardant un bon niveau de sécurité… Car n’oublions pas que tout ça n’est pas qu’un jeu et que cela peut être dangereux…

En finalité, c’est une belle expérience qui a trouvé sa place dans notre jardin et qui s’amortit toute seule… Que demander de plus ? La suite au prochain bilan !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *